Comment aider les enfants qui font des cauchemars ?

C'est une situation qui bouleverse les nouveaux parents et frustre les plus expérimentés : votre enfant crie dans sa chambre au milieu de la nuit. Cela vous réveille, vous entrez dans la pièce et le trouvez en sanglots et terrifié par un cauchemar. Les cauchemars peuvent empêcher une famille de dormir et certains enfants peuvent refuser d'aller se coucher s'ils ne sont pas dans le lit de papa et de maman, et même si les lumières sont allumées.

Bien que nous ne puissions pas empêcher un enfant de faire des cauchemars, nous pouvons prendre des mesures pour le réconforter après un cauchemar et fixer des heures de coucher qui, selon les experts, réduiront la fréquence des mauvais rêves.

Qu’est-ce qu’un cauchemar ?

C’est un rêve effrayant qui comporte un danger imaginaire qui fait que les enfants se réveillent souvent terrifiés et qu’ils ont besoin de réconfort. Bien que les tout-petits puissent faire des cauchemars, les spécialistes affirment que les cauchemars commencent généralement entre 3 et 6 ans, qu'ils sont fréquents et diminuent après l'âge de 10 ans.

Les cauchemars surviennent généralement après plusieurs heures de sommeil et alors que l’enfant est en phase de sommeil paradoxal (phase de sommeil REM pour Rapid Eye Movement). Pendant cette phase, le cerveau est particulièrement actif dans le traitement des images animées et des nouvelles informations à apprendre et mémoriser. Si un enfant se réveille d'un cauchemar pendant la phase REM, les images inquiétantes du mauvais rêve sont encore fraîches et peuvent sembler réelles à l'enfant.

Les cauchemars sont différents des terreurs nocturnes, qui sont plus graves mais moins fréquentes. Contrairement aux cauchemars, les terreurs nocturnes ont lieu au cours des premières heures suivant l'endormissement et font que les enfants se débattent dans leur sommeil. Les terreurs nocturnes sont différentes des cauchemars dans le sens où il est difficile de réveiller l’enfant qui, lorsqu’il se réveille, n'a que peu ou pas de souvenir de ce qui a provoqué la terreur. 

Quelles sont les causes des cauchemars ?

Les cauchemars des enfants ont été peu étudiés et on n'en connaît pas la cause exacte. En effet, les cauchemars peuvent se produire même s'ils n’ont pas d'origine identifiable. Cependant, les spécialistes estiment que certains éléments peuvent augmenter le risque qu'un enfant fasse des cauchemars, notamment :

- Une situation stressante ou un changement important dans le foyer ou l'école.

- Un manque de sommeil ou un sommeil irrégulier

- Des émissions de télévision, des films, des histoires ou d'autres stimuli inquiétants.

- La fièvre

- Certains médicaments

Les spécialistes observent que le thème du cauchemar reflète souvent le stade de développement de l'enfant. Par exemple, les tout-petits peuvent faire des cauchemars sur la peur de la séparation, les jeunes enfants suite à des responsabilités accrues à la maison ou à l'école, et les rêves d'enfants plus âgés peuvent évoquer des scènes d'un film effrayant qu'ils viennent de voir ou d'un livre passionnant qu'ils viennent de lire.

 Conseils pour réconforter votre enfant après un cauchemar.

Voici ce que les spécialistes conseillent pour calmer un enfant qui a peur après un cauchemar :

- Calmez-le et réconfortez-le immédiatement. L’enfant qui se réveille effrayé par un mauvais rêve doit être immédiatement rassuré. Dites-lui qu'il est en sécurité et que le cauchemar n'était pas réel. Le contact physique, comme le serrer dans vos bras ou lui frotter le dos après un cauchemar, peut également réduire l'anxiété, tout comme le fait de rester assis avec lui dans sa chambre jusqu'à ce qu'il soit suffisamment calme pour se rendormir.

- Chassez l'obscurité avec de la lumière, donnez-lui une peluche. Effacez la peur nocturne en allumant une veilleuse ou un variateur de lumière dans la chambre. Donnez à votre enfant son ours en peluche préféré ou une couverture à tenir pour l'aider à se calmer et retournez vous coucher.

N'encouragez pas votre enfant à croire en des êtres imaginaires. S'il est angoissé à cause de monstres dans le placard, ouvrez la porte du placard s'il insiste. Cependant, ne lui demandez pas, par exemple, d'utiliser une baguette magique ou un sabre laser pour faire disparaître la créature imaginaire. Si de telles méthodes apportent un soulagement temporaire, elles confirment également l'existence du monstre et peuvent, à long terme, exacerber la peur de se coucher.

- Donnez aux enfants des outils pour maîtriser leurs cauchemars. Par exemple, lisez les histoires dans lesquelles un personnage surmonte sa peur. Les parents peuvent également désamorcer l'aspect terrible du cauchemar en dessinant ce terrible personnage ou scénario, en le déchirant et en le jetant.

- Utilisez des images positives pour remplacer les images inquiétantes. Une autre façon de désamorcer un cauchemar dans l'esprit de votre enfant est de le faire se concentrer sur des images positives. Effacez les images inquiétantes en lui rappelant un souvenir heureux ou un événement à venir excitant.

Conseils pour réduire la fréquence des cauchemars

Il est impossible de prévenir complètement les cauchemars. Mais un sommeil réparateur peut contribuer à réduire leur fréquence. Plus précisément, les spécialistes suggèrent de prendre les mesures suivantes pour créer une atmosphère de confort et de sécurité pour les enfants :

- Établissez une heure de coucher régulière qui assure un sommeil suffisant. Le manque de sommeil ou une heure de coucher irrégulière sont des déclencheurs de cauchemars.

- Établissez une routine pour aider les enfants à se détendre avant de se coucher. Par exemple, lire ensemble une histoire agréable, chanter des berceuses apaisantes ou de donner un bain.

- Veillez à ce qu'il n'y ait pas d'objets qui perturbent le sommeil dans la chambre. Encouragez un sommeil paisible avec un oreiller et une couverture douillette, un doudou bien-aimé et une veilleuse. Les enfants plus âgés peuvent trouver du réconfort dans un attrape-rêves suspendu au-dessus de leur lit (une tradition amérindienne pour attraper les mauvais rêves.)

- Évitez les stimuli désagréables avant d'aller au lit. Évitez de créer la peur en montrant à l'enfant une émission de télévision, un film ou une histoire effrayante.

- Discutez des cauchemars pendant la journée. Selon l'âge de votre enfant, un éclairage diurne sur le sujet peut aider à identifier les facteurs de stress à l'origine du mauvais rêve. Une fois identifiés, guidez votre enfant sur la façon de surmonter ces facteurs de stress et, espérons-le, de faire moins de cauchemars.

Préparez le terrain pour de doux rêves en faisant en sorte que l'heure du coucher de votre enfant soit une expérience tranquille. Il dormira mieux et vous aussi, en prime.


Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés